# 19 - Un drame attend pas l'autre ...

Publié le par Dawawa

J’étais occupé à réviser mes leçons avec Rose. Ou bien était-ce Jackie ? Viviane peut-être ? Bof, le prénom n’a pas d’importance, appelons la " chose ", c’est tellement plus simple ! Nous étions le lendemain de Noël et mon téléphone choisit ce moment là, pour se faire entendre. J’ai dit à chose : " ça sera pas long ".

 

Pietro : Yep ?

Mon père, à l’autre bout du fil, me demanda de venir à la maison " immédiatement ". Il semblait pas de bonne humeur. Sur le coup, j’ai eu envie de dire que j’avais pas le temps, que j’avais une tonne de devoirs, une montagne de leçons, t’sais papa les études c’est important etc … Mais juste au ton de sa voix j’ai compris qu’il valait mieux pas.

 

J’ai donc dit au revoir à chose, j’te rappelle plus tard, ben non c’était pas une autre fille, ben non y en a pas d’autre ! Bref, j’ai dit n’importe quoi pour qu’elle fiche le camp.

 

Dès que j’ai vu mon père, j’ai su tout de suite qu’il se passait quelque chose de grave. Il avait l’air peiné et il était tout recourbé, comme un clou qu’on aurait mal frappé. 

 

Père nous a réuni, moi et mes 2 plus grands petits frères au salon. Les 2 autres étaient trop petits pour comprendre quoi que ce soit. A leur âge, anyway, ils n’ont pas toute leur connaissance, et ils n’auraient pas servi à grand chose.

 

Sans perdre de temps notre père nous a annoncé la raison de la réunion. Notre mère avait fichu le camp ! J’en revenais pas ! Tu parles d’une garce, elle avait abandonné ses enfants ! Perso, ce n’est pas ça qui allait bouleverser ma vie. Ma mère, je ne l’aimais pas. Elle n’avait jamais rien fait pour moi. Je trouvais juste, que c’était moche pour les plus jeunes, et surtout pour mon père, qui lui aimait ma mère profondément. Elle avait laissé une lettre pour expliquer son départ, et notre père nous en fit la lecture…

 

Mon amour,

J’ai le coeur brisé, de devoir te quitter. Tu sais que je t’aime plus que tout. Je ne suis plus capable de supporter le mépris des enfants. Ils sont méchants avec moi, ils ne me parlent presque pas. Pour eux, je n’existe pas et c’est trop dur pour moi, je n’en peux plus. Je sais que tu prendras bien soin d’eux. Tu es un père formidable. Tu te demandes probablement où j’irai et ce que je ferai ? Saches que j’hésite entre me pendre et quitter le pays. Tu vois à quel point, les enfants m’ont fait du mal. Adieu mon amour.

Ta Kapa

 

Nous sommes restés là, sans rien dire, mes frères et moi. Notre père a conclu la réunion, en nous disant : " Voilà, les enfants … Vous avez poussé votre mère à bout ! J’espère que vous n’êtes pas fier de vous. Si j’étais vous, je ferais un petit examen de conscience. " Puis s’adressant à moi : " Toi, tu restes ici aujourd’hui. La nounou est en congé et je n’ai personne pour garder les jeunes. Je commence à me sentir vraiment mal, alors je dois me coucher. Encore une chose les garçons, votre père a le cœur brisé, mais je suis incapable de vous en vouloir. Je vous aime bien trop pour cela. Je vous revois plus tard. Pietro, je compte sur toi ! " J’ai répondu en baissant les yeux : " Bien sûr père ".

 

Père nous abandonna là, mes frères et moi. Nous étions mal à l’aise, et osions à peine nous regarder. C’était immonde de la part de ma mère, d’avoir laissé cette lettre ! Elle aurait pu se contenter de partir sans dire un mot. Ben non ! Jalouse de la relation que nous avions avec notre père, elle avait essayé de la détruire. Heureusement, que papa n’était pas tombé dans le panneau, et qu’il ne nous en voulait pas. Je la détestais plus que jamais !

 

Ben cassa la glace en premier : "Moi, je dis bon débarras ! Quant à avoir une mère comme elle, vaut mieux pas en avoir du tout ! " Fabien et moi étions assez d’accord avec ça. Nous avons longtemps discuté de toutes les misères que nous avions rencontrées avec notre mère, et nous avons conclu que finalement c’était pas une grosse perte. Et comme le dit si bien Ben, " des mères y’en a partout, papa en trouvera une autre ! "

 

Puis, mes frères sont allés jouer avec leur nouveau jouet, et moi je me suis occupé des jumeaux. J’aurais préféré retourner au campus, mais j’étais condamné à garder, je pouvais pas faire autrement. J’ai raconté une histoire aux jumeaux. L’histoire d’une vieille sorcière, laide et méchante, qui faisait peur aux enfants et qui s’appelait Kapa.

 

La journée passa lentement, mais heureusement mon père me libéra de mes fonctions un peu après 7hre le soir. Il n’aurait pas besoin de moi le lendemain, puisque la nounou reprendrait son service. J’ai donc pu retourner au campus où m’attendait la belle Suzie, ou bien était-ce Marthe ? Line peut-être ? Pour faire simple, disons la belle chose, et en sa compagnie, j’ai oublié cette désagréable journée.

 

Quelques jours plus tard, alors que je complétais mes devoirs avec l’aide de Pamela, ou bien était-ce Ginette, Agnès, Laura ? Simplifions-nous la vie et appelons la  chose  j’ai reçu un nouvel appel de mon père.

 

Piétro : Yep ?

Encore une fois père me demanda de venir immédiatement. J’ai pensé que papa avait du recevoir un appel de ma mère ou pire que l’idiote était revenue. J’avais vraiment pas envie d’y aller mais j’avais pas le choix.

 

J’ai donc dit à chose, que je devais aller chez mon père et qu’elle allait devoir partir, et que ben non il n’y en avait pas d’autre, que bien sûr j’allais la rappeler. Elle pouvait toujours rêver, j’avais eu d’elle tout ce que je voulais déjà.

 

J’ai eu un pincement de cœur quand j’ai vu mon père. Pauvre lui, il faisait pitié à voir. Il n’était pas rasé, pas peigné, ses habits étaient sales, et il sentait l’alcool. Il vivait des moments difficiles. Je ne l’avais jamais vu comme ça. Notre mère n’était pas revenue contrairement à ce que j’avais cru. Non, ce jour là, c’était autre chose. Un vrai drame cette fois. Particulièrement pour moi, car père avait du renvoyer la nounou. Quel choc !

 

Père me raconta, que depuis quelque temps, il avait remarqué que les jumeaux n’étaient pas heureux, qu’ils semblaient négligés et que de sa boite là-haut, il pouvait les entendre pleurer.

 

Puis, aujourd’hui, il s’était décidé à venir voir ce qu’y n’allait pas. Il avait d’abord aperçu Lucas, assit dans la chaise haute, pleurant à chaudes larmes. Il semblait être là depuis des heures. Le petit sentait mauvais, il avait fait dans son pyjama. Et pour couronner le tout, la nounou avait laissé brûler un truc sur le rond, et le tout fumait encore.

 

Puis, père avait vu, Ella sa petite princesse, endormie sur le sol, au milieu d’une tonne de biberons. Karelle debout auprès d’elle, la regardait dormir l’air coupable. Père n’en revenait pas, et il se fâcha avec elle.

 

Fabien et Ben de retour de l’école à ce moment là, avouèrent à notre père que ça faisait une semaine que la nounou leur donnait des chips pour déjeuner, ils étaient écœurés d’en manger !

 

Père, n’avait pas eu le choix et avait du renvoyer Karelle sur-le-champ ! Après 19 ans de loyaux services, la vieille Karelle n’était tout simplement plus à la hauteur.

 

Je m’imaginais déjà transformé en nourrice, obligé d’abandonner mes études ! Par chance, mon père me dit qu’il allait engager une autre gardienne, et parce que j’étais l’aîné, il me chargea de la trouver ! Avec une liste d’exigences aussi longue que le bras, en plus ! J’allais devoir sacrifier mon week-end pour m’occuper de tout ça. Tout ça à cause de ma mère qui avait foutu le camp !

 

Petite annonce fut donc placée à la fois dans les journaux et sur un site de recherche d’emploi. En attendant de recevoir les candidatures, j’ai dû m’occuper des jeunes ! J’ai pas pu voir aucune fille pendant des jours !

 

Une fois les candidatures reçues, il fallait interroger les candidates. J’en ai rencontré plusieurs. Des jeunes, des vieilles, avec expérience et sans expérience, des mignonnes et des laides. Certaines à la mode, d’autre pas.

 

Pendant 2 jours, j’ai posé des tonnes de questions ; aimez-vous les enfants, quel âge avez-vous, seriez-vous prête à habiter ici, avez-vous de la famille,  quand pouvez-vous commencer ? J’ai même fait des mises en situation du genre : " Le petit dernier vous demande une histoire et pendant que vous allez chercher le livre, il tombe sur un couteau de cuisine qui lui ouvre la veine du poignet. Alors qu’il se vide de son sang, le lustre du plafond se détache, tombe sur le petit et lui fracasse le crâne. Du coup, le voleur qui venait d’entrer pense que quelqu’un tire sur lui, riposte, et le petit dernier reçoit la balle en plein cœur. Comment réagissez-vous ? "

 

J’étais complètement écoeuré après 2 journées entières à faire ces entrevues. Je prenais mon 18 ième café de la journée, avec la dernière candidate de la journée, me demandant combien d’heure encore j’allais devoir sacrifier avant de dénicher la perle rare. C’est là que j’ai pensé, tiens pourquoi ne pas tricher ? J’avais qu’à faire croire à mon père que la nounou avait toutes les qualités recherchées. S’il le découvrait, je dirais qu’elle m’avait menti !

 

Et comme la petite rousse était la dernière, j’ai décidé que ce serait elle la perle rare ! Restait plus qu’à la présenter à mon père …

 

Publié dans Épisodes récents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Oh non, ce n'est pas possible, on va la revoir, Kapa !Le compte est décidément immonde. Quant au fiston, c'est son digne descendant. C'est amusant de le voir obéir à son père et se transformer en nounou malgré ses différents projets avec les choses (superbe trouvaille, Dawawa, on le déteste rien qu'en le lisant).Il me tarde de voir comment Kapa va revenir dans sa famille. Parce qu'elle va revenir, je le sais.
Répondre
E
Frof m'arrache les mots de la bouche en ce qui concerne Pietro et l'absence de Kappa. Prénommer chacune de ses conquêtes chose, c'est vraiment bien trouvé.Comme toujours, je sors enchantée de ma lecture. J'espère néanmoins qu'on reverra Kappa à moins qu'elle n'aie décidé de passer la main à la seconde génération.
Répondre
A
C'est vrai ça ! C'est qui cette mystérieuse rousse ?Il y avait déjà ce "cher" comte qui m'énervait au plus haut point (et ça ne va pas en s'arrangeant !) et voilà le fils !!!Ils sont tous aussi imbuvables les uns que les autres :-D<br /> Vivement le retour de Kapa pour remettre un peu de vérité dans tout ça ;-)
Répondre
F
Le fils semble presque aussi recommandable que le père !Et l'aspect négligé de Claude ne m'a pas fait pitié: tant pis pour lui !Je n'ai pas trop de peine non plus pour la nounou, car j'avoue que je ne les aime pas beaucoup, les nounous du jeu...Par contre, un épisode tout entier sans Kapa ! Elle me manque un peu.Et, une fois de plus, tu termines l'épisode sur un rebondissement: qui est cette mystérieuse perle rousse ?
Répondre
M
Ce n'est pas juste pour kapa que ses enfants lui en veuille !Bravo Dawawa, cet épisode est une merveille !
Répondre