# 6 - La tempête...

Publié le par Dawawa

Lorsqu Daisy arriva, j’eus un véritable choc. "Mon dieu Daisy, qu'est ce qui t'es arrivé ! ?" Questionnais-je. Je la regardais, et ce que je voyais ne pouvait pas être mon amie. Je devais rêver, je devais faire un horrible cauchemar.

Ma blonde amie, habituellement si jolie, n’était plus. Devant moi, se tenait une femme affreuse, terrifiante, avec des yeux aussi rouge que le sang, la peau aussi grise que celle de mon comte. Je savais… Mon amie était devenue un vampire.

" Kapa, c’est ton mari qui m’a fait ceci " me dit-elle. " Tu dois vite quitter cette maison, fais tes boîtes et vas-t’en. Ton mari est dangereux Kapa, très dangereux. "

Oh non, pas mon Claude, c’est impossible ! Il ne ferait pas de mal à un insecte ! Il ne mordait pas lui. On aurait dit que mon amie venait de me donner un coup de couteau dans le ventre, tellement ses révélations me firent souffrir. Ma douleur était intense. Tremblant de tous mes membres, je réussis quand même à lui demander de me raconter ce qui s’était passé. Bien que, au fond de moi, je n’avais pas vraiment envie de savoir. Je voulais juste qu’on me réveille.

Et mon amie me raconta :  "J’étais au Crypte, tu sais la boite de nuit ? Enfin peu importe. J’étais là et j’avais beaucoup de plaisir. Puis j’ai aperçu ton Claude. Il était tellement bizarre Kapa, tu aurais du le voir. Je pense qu’il parlait tout seul. Il a même serré une main imaginaire. Bref, je suis allé lui parler, et je lui ai demandé comment il allait. Il m’a dit, qu’il avait un tas de soucis, et qu’il vivait un stress incroyable ces temps-ci."

"Il ne voulait pas trop parlé, je le voyais bien. J’ai tenté de lui remonté un peu le moral, je l’encourageais, et tout ça. Je lui ai même fais un petit massage d’épaule."

"Il semblait calme après. Il m’a fait la bise, et m’a dit que j’étais une fille vachement gentille. Il m’a dit, que ça lui avait fait du bien de me parler. Nous avons observé le monde sur la piste de danse, et bavardé de tout et de rien, de toi et du petit. "

"Tout à coup, il m’a dit : " Daisy, approche, j’ai un petit cadeau pour toi " Je devais avoir l’air surprise car, il a dit " c’est pour te remercier de ta gentillesse " J’ai dit que ce n’était pas nécessaire. Il a insisté, en disant que "c’était un petit rien. " Je ne me suis pas méfié, Kapa, pourquoi l’aurais-je fait ? "

"Et puis, j’ai ressentis une violente douleur au cou. Merde Kapa, tu peux pas savoir ce que j’ai pensé alors. Je me disais, que ça ne se pouvait pas, ton mari venait de me mordre au cou, pourquoi il faisait ça ? Cela me fit un mal de chien, et la douleur se propagea dans tout mon corps et je pense que j’ai perdu conscience par la suite. Je me suis réveillé, sur le gazon devant chez moi. J’avais l’esprit très clair, et je me souvenais de tout ce qui était arrivé quelques heures plus tôt. "

"Je suis allé devant le miroir, je voulais voir ce que ton mari m’avait fait dans le cou. Et Kapa, j’ai cru devenir folle quand je n’ai pas vu mon reflet dans le miroir. Je voyais tout ce qu’il y avait derrière moi, mais pas moi. Comme si je n’existais plus ! Tu vas rire, non excuses-moi , tu ne riras pas, mais Kapa je ne sais même pas de quoi j’ai l’air maintenant. Mais, juste à voir la tête des gens quand ils me regardent et ton air à toi Kapa, confirme que je suis épouvantable. "

"Kapa tu pleures ? Je suis navrée Kapa, je sais que tu as très mal, mais je devais te le dire. Tu dois quitter ce malade. "

J’ai essuyé mes larmes avec ma main, je devais me ressaisir. "Je ne peux pas le quitter Daisy, je crois que je suis enceinte, et il y a Pietro, et où irais-je. " Lui demandais-je. Mon amie, me dit alors : "Justement Kapa. Fais le pour Pietro et l’enfant que tu portes. Tes enfants, tu dois les protégés, c’est un fou, je te dis. Je suis bien placé pour le savoir. Fous-moi ce dingue dehors. Mets le à la porte. "

J’étais dans un état second, je n’arrivais pas à réfléchir. Claude choisit ce moment là pour sortir les vidanges, et Daisy lui tomba dessus. " Espèce de salaud, regarde-moi, regarde ce que tu m’as fait, espèce de… " Je ne pouvais plus rien entendre, je les ai laissé là dehors, et je suis entrée dans la maison. Je ne pouvais supporter de voir ces deux personnes, ces deux vampires, une seconde de plus.

J’étais anéantie, ma vie était foutue. Daisy avait raison, je devais éloigner Claude de Pietro, même si l’idée me crevait le cœur.

Lorsque Claude entra dans la maison, je suis tombé sur lui à mon tour. Je lui ai crié toute ma rage, ma peine, et je lui ai dit que je ne voulais plus jamais le voir. A ce moment là, ma haine pour lui était bien réelle.

 

Il ne tenta pas de me convaincre de le garder. Il ne dit rien. Il s’habilla, et il partit. Seul, dans la nuit.

 

Il est partit, sans un mot, sans me regarder, sans m’embrasser. Et moi, j’ai pris ma tête dans mes mains, et j’ai pleuré…

 

 

Publié dans Épisodes précédents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Merci, c'est vraiment gentil de votre part. Cela m'encourage beaucoup à continuer, même si je n'ai pas une tonne de lecteurs.
Répondre
S
Oui tu as 2 FANS m1tenan jadore ton histoire.<br /> Povre Kapa.
Répondre
L
J'adore O.O Tu écris très très bien et l'histoire est réellement captivante ! Continue ainsi, tu t'es fais un FAN ^^
Répondre