# 4 - Mensonges, cercueil et insomnie

Publié le par Dawawa

Lorsque j’ai quitté la maison pour le travail ce matin là, Claude était déjà enfermé dans son bureau. Notre fils dormait profondément. Karelle, notre nounou, était en retard comme d’habitude. Je ne m’inquiétais pas, je savais bien qu’elle finirait par arriver et s’occuperait comme toujours de notre fils. Et puis, Claude était dans son bureau, alors nul besoin d’attendre que Karelle arrive.

Je venais à peine d’arrivé au bureau quand je reçus un appel de Karelle. Elle était trop malade pour venir au boulot. Cela m’ embêtait beaucoup. J’avais une grosse journée ce jour là. Je décidais donc d’appeler Claude à la maison, pour lui expliquer le problème et lui demander de s’occuper du petit, jusqu’à mon retour. Le téléphone sonna, sonna, et sonna encore. Personne ne répondit. Peut-être que Claude avait décidé de ne pas répondre, où alors il était peut-être arrivé un accident. J’étais franchement inquiète pour mon fils. C’est fou les idées qui nous passent par la tête.

Je n’avais pas de voiture, je demandais donc à ma collègue Patricia, si elle pouvait me raccompagner à la maison. J’étais vraiment anxieuse. Le trajet pris un temps fou. Il y avait énormément de circulation.

Dès l’instant où j’ouvris la portière de la voiture pour descendre, j’entendis mon fils pleurer. J'ai couru vers la maison, pour trouver mon petit Pietro, sur le sol froid de la cuisine. Heureusement il n’avait rien. En pleur, mais intact.

J'ai crié le nom de Claude plusieurs fois, et n’eus aucune réponse. Je suis allé déposer mon fils, dans son petit lit. Ensuite, je me rendis dans le bureau de mon mari. Je n’ai jamais songé à frapper, et jamais pensé que j’avais promit à mon comte de ne jamais entré dans son bureau, j’étais bien trop énervée pour ça. J’ouvris la porte et ce que je vis, me glaça le sang.

Dans le bureau de mon mari, il n’y avait aucun bureau, aucun fauteuil et encore moins de mari. Seulement une grande boîte. En m’approchant, je vis que c’était un cercueil, avec des torches allumées tout autour.

Mon cœur battait très fort, la poitrine me serrait. Je m’approchais du cercueil. Je pouvais entendre quelqu’un ronfler légèrement. Tout doucement j’appelais " Chéri tu es là ? " J’étais morte de peur. Je n’osais imaginé ce qui était arrivé à mon mari. Les larmes coulaient sur mes joues. Lentement je soulevais le couvercle, et…

Claude ou quelqu’un qui lui ressemblait beaucoup surgit de la boite en hurlant, toutes griffes dehors. Terrifiée j’ai crié à mon tour. Ce que je venais de voir n’était pas humain. Je venais de voir un monstre.

Je courus me réfugier dans la chambre de mon fils. Puis, je me suis rappelé que la porte n’avait pas de serrure. Je cherchais une arme quelconque, mais bien évidemment la chambre de mon fils n’en contenait aucune.

Puis la chose appela mon nom. " Kapa ? Où es-tu ? " J’entendais la monstruosité s’approcher. Claude entra. Il était vêtu de son pyjama. J'ai compris qu’il était celui que j’avais vu dans le cercueil. Il me regarda, avec un drôle d’air, et dit que nous avions à parler tout les 2. Soudainement je craignais mon mari. Malgré tout, je l'ai suivi docilement jusqu’au salon.

Je pris place sur le sofa, et il s’installa à côté de moi. Il me dit alors, qu’il était désolé de ce qui venait d’arriver, et qu’il avait été un idiot de croire que cela n’arriverait jamais. Il me révéla aussi qu’il m’avait mentit. Il n’était pas allergique au soleil. Il était un vampire.

Je ne comprenais pas. Un vampire ? Je ne savais même pas ce qu’était un vampire. Il m’expliqua qu’un vampire c’est simplement quelqu’un qui a été mordu un jour, par un autre vampire.  Dans ma tête tout était confus. Je lui posais des tonnes de questions. Pourquoi le vampire l’avait mordu ? Est-ce que Claude lui avait fait quelque chose à ce vampire ?  Claude me raconta qu’il ne connaissait pas le vampire, qu’il ne l’avait jamais vu auparavant.

 

Je lui demandais si les vampires avaient l’habitude de mordre les gens ? Et si lui Claude avais déjà mordu quelqu’un ?  Claude me dit qu’il croyait que ce vampire était quelqu’un de très méchant, et que bien sûr que non, lui, il n’avait jamais mordu qui que ce soit. Il me rappela combien il lui était pénible de tuer un simple insecte, alors comment pourrait-il faire du mal à un humain ?

Je lui ai demandé pourquoi il était couché dans le cercueil, et pourquoi il m’avait fait croire que c’était son bureau là-haut !  Il m’ informa qu’un vampire devait à tout prix éviter la lumière du jour, sinon celui-ci pourrait mourir. Il se couchait dans le cercueil au lever du jour et en sortait quand le soir tombait. Pour ces raisons, il ne travaillait pas. Il avait hérité d’une grosse somme d’argent au décès de sa mère.

Puis il me dit qu’il devait retourner dans mon cercueil. Il faisait encore jour, et il commençait à se sentir très mal. Il me dit que nous pourrions reparler de tout ça plus tard.

Je suis resté assise longtemps sur le sofa, incapable de bouger, perdue dans mes pensées. Lorsque j’entendis le téléphone sonner, je sortis enfin de ma torpeur. Le bébé allait bientôt réclamer son biberon, et Claude sortir de sa tombe. Je me suis secoué, et j'ai pris une longue douche. J’ai pleuré longuement, seule, sous l’eau chaude.

Plus tard dans la soirée, je n’ai pas reparlé de tout ce qui était arrivé. J’avais besoin de me changer les idées. De toute façon, que dire de plus. J’avais épousé Claude pour le meilleur et pour le pire. Il était toujours le même, souriant et tendre.

Cependant, je ne pus m’empêcher d’être nerveuse, quand Claude prit le bébé qui venait de s’éveiller, dans ses bras. Je crus même apercevoir une petite rougeur dans son cou, et j’ai demandé à Claude : " Ce n'est pas une petite rougeur là ? " Mais finalement j’avais mal vu. Ce qui ne m’empêcha pas de garder un œil sur Claude et notre fils toute la soirée.

Je dormis mal, cette nuit là. J’étais angoissé, l’avenir me faisait peur. Pour la première fois, j’ai réalisé que ma vie ne serait peut-être pas aussi merveilleuse que je me l’étais projeté. J’étais loin de m’imaginer tout de même, que les choses iraient encore plus mal dans un proche futur.

 

 

Publié dans Épisodes précédents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article